Saine Révolte

SAINE RÉVOLTE

Qu’est-ce qui révoltent les jeunes aujourd’hui?

Une expérience créative bilingue dans des écoles secondaires du Québec


En 2017-2018, tout près de 130 jeunes de 5e secondaire d’écoles francophones et anglophones de Montréal, Joliette et Sherbrooke ont participé au projet Saine révolte/Healthy Rebellion de la Fondation Metropolis bleu. Avec fougue et passion!  Ce projet, qui visait à favoriser le bilinguisme et l’échange entre les deux communautés par le biais d’une création théâtrale, a permis de constater l’ampleur des réalités personnelles et sociales qui heurtent les ados d’aujourd’hui : violence faite aux femmes, terrorisme, inégalités sociales, itinérance, racisme, mais également désespoir devant la maladie grave d’un père, exigences des parents, pression pour choisir une voie d’études et de carrière.

Sous la direction d’animateurs chevronnés, les jeunes ont écrit et mis en scène des spectacles intégrant musique, slam, document audiovisuel, chant, sketch. À l’Académie Antoine-Manseau, à Joliette, et à l’école De la Montée, à Sherbrooke, les enseignants en art dramatique et en anglais ont soutenu le projet bilingue dans le cadre de leurs cours. À Montréal, l’école secondaire Pierre-Dupuy et le Westmount High School ont formé un tandem de création; ainsi des étudiants de chacune des deux institutions ont œuvré ensemble à une production de type cabaret. « Pour certains d’entre eux, a expliqué Pascal Parent, comédien et dramaturge animateur à l’Académie Antoine-Manseau, le défi était double : exprimer par écrit un sentiment face à quelque chose qui le révolte et le faire en anglais. » Pour sa part, Sean Garrety, enseignant en art dramatique au Wesmount High School, a constaté que « Mes étudiants n’ont peut-être pas amélioré leur français dans l’immédiat. Mais ils ont compris que s’ouvrir à une autre langue, c’est s’ouvrir à une autre culture, à d’autres façons de voir la vie. »

Les spectacles, présentés devant public en décembre dernier, ont soulevé l’enthousiasme. « Au début, les jeunes, et moi aussi d’ailleurs, on y est allé un peu à reculons, a confié Danielle Bérard, professeure d’art dramatique à l’école De la Montée, mais on le referait n’importe quand ! »

Nous remercions les animateurs : Kristelle Halliday et Patrick Quintal pour l’école De la Montée à Sherbrooke, Farah Fancy et Pascal Parent pour l’Académie Antoine-Manseau à Joliette, Fanny LaCroix et Xavier Huard pour le tandem Westmount High School/École secondaire Pierre-Dupuy à Montréal.

 

Merci à nos partenaires

 

           

 


Déambulation théâtrale

Description du projet 

Sous le thème de la révolte déjà présente chez les jeunes de la fin du primaire, deux classes de la fin du troisième cycle de l’école Garneau ont travaillé à la saine expression de soi. Au terme de la série d’ateliers, les jeunes ont présenté un spectacle en plein air dans le parc des Faubourgs où ils ont interprété les chansons qu’ils ont créées sous la direction de l’animateur.

 

Collaborateur

Diplômé de l’École nationale de théâtre du Canada (2013), XAVIER HUARD est très actif sur la scène théâtrale et à la télévision. Au petit écran, il défend le rôle de Kevin dans Nouvelle Adresse, celui de Steve dans L’auberge du Chien Noir, et celui de Laurent dans 30 vies. Au théâtre, il est de la distribution de Cyrano de Bergerac (TNM, 2014) et Les Trois mousquetaires (TNM, 2015). Sur le web, on peut le voir interpréter le rôle de Jonathan dans la web-série Les berges, réalisée par Adam Kosh. Comme metteur en scène, Xavier Huard participe à plusieurs créations collectives en collaboration avec des artistes autochtones. Co-directeur des Productions Menuentakuan, il met en scène les pièces Puamun (rêve), ) présentée dans plusieurs communautés autochtones du Québec en 2013, puis Muliats, qui sera à l’affiche à la salle Fred-Barry du théâtre Denise-Pelletier, en février prochain.

 

Livres utilisés

 

Jessie Elliot a peur de son ombre (Élise Gravel) Edgar paillettes (Simon Boulerice) La Route de Chlifa (Michèle Marineau) Souris!
(Raina Telgemeir)
Éric n’est pas beau
(Simon Boulerice)

 

 

Merci à nos partenaires